VOUS N’AUREZ PAS MA HAINE (à moi non plus)

 

Faisons de cette petite phrase écrite par une belle âme notre mantra, notre philosophie, notre point de ralliement. Le terroriste est celui qui terrorise, qui apporte la terreur, la peur. C’est ce qu’il fait, c’est ce qu’il gagne. Et de la peur naît la haine et de la haine naît le racisme. Fermons le cercle de la violence, fermons la porte de notre coeur a tout sentiment de colère et coupons l’herbe sous les pieds des terroristes. Vous n’aurez pas ma haine et je vous donne mon amour, peut être la seule arme de destruction massive anti terrorisme. Si chaque personne décide qu’elle ne concèdera pas a ce cercle vicieux de haine/violence mais qu’au lieu de ça elle laissera la place dans son coeur à l’amour, alors les choses changerons et j’en suis persuadé. Tout notre univers physique est basé sur notre perception des choses, sur nos sentiments. On a découvert que nos pensées agissaient sur notre corps mais on commence a peine a découvrir que nos pensées agissent sur tout les corps. Nous sommes créateur, notre réalité est en soit notre création, et nos pensées, positives ou négatives se répercutent sur le monde. Si nous laissons trop de place a la colère dans nos coeur, la colère trouvera son chemin au dehors, elle se fera une place dans nos vie et viendra nous toucher de ses doigts tranchants. Si au lieu de cela nous faisons de la place a l’amour, il se passera la même chose, de notre monde intérieur l’amour trouvera le chemin vers l’extrerieur et viendra nous toucher. C’est à nous de choisir ce que nous voulons vivre dans cette vie. Si nous voulons de la haine, de la peur, de la colère et de la souffrance alors il nous suffit de s’abandonner a ces sentiments et ils trouverons leurs voies vers notre univers physique. Au contraire si nous voulons la paix, l’amour, la joie, le bien être, le calme, la plénitude alors abandonnons nous a ces sentiments, faisons-leur de la place au plus près de notre coeur et ils jailliront hors de nous-même pour illuminer nos vies. Vous n’aurez pas ma haine pour construire votre monde de terreur, a la place vous aurez mon amour, celui qui construira le monde de demain. Je vous aime, tous, vous et vos vies, vos erreurs, vos joies, vos peines, vos colère et votre amour. Que votre amour trouve son chemin vers l’extérieur, que votre colère trouve une source d’amour pour s’effacer définitivement de votre coeur, que votre vie s’illumine de joie, que la paix, le calme prenne place dans nos vie, c’est possible, maintenant.

 

(j’ai écris ce texte en réaction aux récents attentats de Paris (nuit du 13 au 14 novembre 2015). Ce n’était pas ma première réaction bien que similaire. J’avais d’abord appelé via les réseaux sociaux à la compassion, à l’amour et au pardon. De manière générale mais surtout en ce qui concerne les auteurs de l’attentat. Ma première réaction fut très mal accueillit par la plupart de mes amis et/ou ceux qui me suivaient sur Facebook, mais jamais je n’ai regretté mes mots. Peu de temps après il se trouvait que sur la toile d’autres personnes avaient elles aussi pris la parole pour, au lieux de parler de la peur que procurais les attentat, parler du besoin immédiat d’insuffler ce sentiment d’amour, de compassion et surtout de pardon autour de nous. Surtout si nous ne voulions pas tomber dans le piège du terrorisme. Parmi ces personnes il y avait notamment le mari d’une des victimes. Celui ci écrivit un texte pour dire « Vous n’aurez pas ma haine » expliquant les pourquoi du comment de ce sentiment, de cette philosophie. Je décidais donc de reprendre le flambeau de cette philosophie, de ce « Mot d’ordre » qu’il nous fallait passer autour de nous, pour enfin nous sortir du cercle vicieux de la violence. J’ai juste besoin de faire une petite précision car beaucoup de ceux qui m’ont lu récemment n’on pas su faire la différence. Ici il n’est pas question d’excuser ou de légitimer les auteurs des attentats, ce qu’ils ont fait est un crime d’une rare violence, pourtant présente chaque jour en ce monde aux 4 coins de la planète. Il n’est pas question de voir ces évènement a la légère. Au contraire, il est question d’être vraiment sérieux et pour une fois analyser nos sentiment et comprendre que nous faisons nous aussi parti de ce cercle de violence et que nous pouvons si nous le voulons arrêter tout ça, ici et maintenant. Paix, Amour, Compassion, Pardon son la voie du vivre ensemble, ce sera le mot de la fin.

Ici le lien de l’article écris par cette homme courageux qui a su malgré la peine faire de la place à l’Amour dans son coeur et qui a su fermer la porte à la haine, à la colère, à la rancoeur et au sentiment de vengeance

http://www.konbini.com/fr/tendances-2/facebook-lettre-ouverte-haine/ )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *