Le Rouge Gorge

Et si ?

Me taire pour la dernière fois,

Tel un cris déchirant l’air des cimes ?!

L’air, lui, du Rossignol roi,

Désignera pour moi l’heure du cimetière !

Moi l’horreur, moi l’erreur,

L’oiseau de malheur, le signe noir,

Le saccage en cage, le corbeau, le carnage,

Je ne donne pas chère de ma peau !

Mes frêles heures clament le cimetière !

Car six pieds sous terre est ma prière du soir !

Qu’un cimeterre, un couteau,

Signe ma pierre, mon tombeau

Pour qu’au chant du Rossignol,

Oh pourpre sang de ma rouge gorge

Qui pousse un dernière air,

Et sans air que l’eau rouge qui glisse à mes poumons,

Je boive mes mots en silence

Pour la dernière fois !

Une réflexion sur « Le Rouge Gorge »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *