ISTANBUL

Au son des mouettes, et sans les mouches,
Répond l’odeur du poisson qui a fait mouche,
À la louche, à la mouche du pécheur.
Le chat qui louche, lui, le sultan roi,
Vagabonde.
Il abonde et même inonde les rues fécondes.
Et le chien lui, plus rare et plus farouche,
Se cramponne a son trottoir.
Tel une souche il s’abandonne,
Fidèle au désespoir où il couche.
Et il ne quitte le square qu’il occupe midi et soir
Que pour faire le clochard auprès des bars,
Ou et c’est moins rare, pour aboyer à toute dent
Contre la voiture d’un passant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *